samedi 28 mai 2016

Cilaos et l'ascension du Piton des Neiges

Lors de notre dernière sortie dans l'intérieur de l'île de La Réunion, nous nous sommes rendus à Cilaos. Pour atteindre cette ville thermale située en plein cirque, il y a tout d'abord une route réputée pour ces nombreux virages en lacet. Il y en aurait 400 ! La Réunion, ça se mérite :-)

Vue sur Cilaos
J'avais déjà parlé de ce cirque en Janvier 2015. Vous pouvez revoir l'article en cliquant ici.

Pour nous remettre de nos émotions, nous avons tout d'abord fait un petit tour de la ville. Nous nous sommes notamment arrêtés à la maison Zafer Lontan. C'est un musée qui expose plein d'objets qui ont été utilisés à une époque à La Réunion. La visite est très sympa et permet de se faire une idée de la vie à la Réunion il y a plusieurs années.

Zafer Lontan
Nous sommes également tombés sur le petit marché couvert de Cilaos : vous y trouverez de nombreux fruits frais à un très bon prix (j'ai fais une cure de grenades et de pitayas), et quelques autres spécialités locales.

De nombreux fruits
J'ai ainsi pu prendre des forces pour le lendemain... En effet, si nous sommes ici, c'est pour partir en haut du Piton des Neiges qui culmine à 3 071 mètres ! Ça va grimper !

Départ du sentier

Nous avons prévu cette randonnée sur 2 jours. Nous rejoignons tout d'abord le gîte (vraiment très isolé et très rustique). Une fois n'est pas coutume, il n'y a pas d'eau chaude... Nous passons néanmoins une bonne soirée. La nuit est difficile car les dortoirs sont industriels : 4 lits superposés, chaque lits superposés étant sur 3 étages... Au passage, quelqu'un nous aura piqué une paire de chaussette...

Le gîte, très isolé
Pour l'anecdote, le propriétaire des lieux expose fièrement une photo prise il y a quelques années lorsqu'il était tombé plusieurs centimètres de neige. Il y pose dehors en tongs...

Bref, le matin, comme tout le monde, nous nous levons à 4h du matin pour terminer l'ascension et arriver au sommet pour le lever du soleil. Nous grimpons dans les nuages, sous la pluie et avec du vent... Une partie de plaisir ! Le sommet se trouve au dessus des nuages. Nous n'avons pas eu autant de chance que les randonneurs qui y sont allés la veille et qui ont eu une vue dégagée. Nous y retournerons sans doute prochainement.

Au sommet du Piton des Neiges
Je dois être honnête avec vous, amis lecteurs, nous avons rebroussé chemin avant le sommet car l'un de nous a ressenti le mal de l'altitude. La photo provient de mes parents qui ont donc atteint glorieusement ce sommet (qui pour rappel est à 3 071 mètres). A 59 et 60 ans, je les en félicite !

dimanche 22 mai 2016

Découverte de l'Est et du Sud-Est de La Réunion

La première fois que mon frère est venu à La Réunion, nous n'avions pas pu nous rendre dans cette partie de l'île : il y avait des travaux. Comme cela vaut le coup, nous avons rectifié le tir ce coup ci.

Cette sortie est similaire à celle que nous avions fait quelques mois auparavant et que vous pouvez relire en cliquant ici.

Nous sommes donc tout d'abord allés à Sainte-Anne pour voir son Église et pour se rafraîchir au Bassin Bleu. Ce jour là, la couleur bleue turquoise était moins prononcée. Cela dépend vraiment de la météo. Peut-importe, l'eau est claire et bien qu'un peu fraîche, nous avons pu nous y baigner.

Baignade dans le Bassin Bleu



Pour moi, c'est vraiment un endroit où il faut s’arrêter lorsqu'on visite la Réunion !

Nous avons ensuite continué notre route pour nous rendre à Piton Sainte Rose qui s'est retrouvée quelques fois sur le passage des coulées de lave de notre volcan bien aimé (le Piton de la Fournaise). On retrouve dans le village un vestige très symbolique de ces coulées : l’Église Notre Dame des Laves dont une coulée c'est arrêtée sur le parvis puis a contourné l'édifice.

Notre Dame des Laves

A la sortie du village, nous nous sommes rendus à l'Anse des Cascades qui est un petit port de pêche. Nous sommes entourés de falaises où coulent de nombreuses cascades. C'est un site de pique nique agréable (j'en avais déjà parlé il y a quelques temps).


L'Anse des Cascade

Dernière étape de notre journée avant de rejoindre le lagon pour un repos bien mérité (...) : la découverte de la cascade Langevin (ou cascade de Grand Galet). C'est sans doute la plus belle cascade de l'île ! Bien que le bassin principal ne soit pas facile d'accès, il y en à d'autres le long de la rivière pour se baigner.

Elle est pas magnifique?
C'est devant cette cascade que nous avons pique-niqué.

Nous sommes donc ensuite repartis vers l'Ouest pour retrouver le beau temps et le lagon. Pour changer de la plage de l'Ermitage (celle que nous préférons), nous nous sommes rendus à La Saline, un peu plus au Sud de l'Ermitage.


La Saline

Après un magnifique couché de soleil, nous sommes retournés à Saint-Denis.


dimanche 15 mai 2016

Mafate - épisode 2

Nous avons pris 3 jours pour nous rendre à Mafate, depuis la canalisation des Orangers dans les hauts de Saint-Paul. L'avantage de passer par là, c'est qu'une bonne partie du sentier est plat. Il faut juste monter un peu pour atteindre le début du sentier. Une fois dans Mafate, il n'y que les accès aux îlets qui présentent un dénivelé mais ils restent accessibles.

Nous sommes aux portez de Mafate
Avant de partir, on nous avait parlé d'un sentier très vertigineux et étroit à parcourir sous un soleil de plomb ! Effectivement, le sentier est vertigineux (chouette, j'ai peur du vide...) mais le sentier n'est pas si étroit que ça et se pratique finalement très bien. En revanche, lorsque le soleil est là, il tape très fort et les endroits à l'ombre se font rares...

Voici le sentier en question
Depuis ce sentier, nous avons constamment une vue magnifique sur le cirque. Cette randonnée est très différente de celle que nous avions fait il y a quelques mois depuis le col des Bœufs.

La vue sur le cirque
Nous avons choisi de faire 2 étapes. La première est à Grand Place les Hauts. En y allant, nous croisons un Mafatais très sympa qui nous apporte des longanis (un petit fruit de la taille d'un lecthi) qui pousse un peu partout dans le coin. Nous découvrons également une autre spécialité locale : le vin de jamblon (j'en ramène une bouteille dans mon sac). C'est un vin sucré produit artisanalement qui se boit en apéro.

La vue depuis notre gîte

Le lendemain, nous partons pour l’Îlet des Orangers. Sur le chemin, nous nous arrêtons à la rivière des Galets pour nous rafraîchir et pique-niquer. Nous prenons des forces pour ce qui nous attend ensuite...

La traversée de la rivière
En effet, maintenant nous allons grimper jusqu'à l'Îlet des Orangers. Heureusement les paysages sont magnifiques et nous marchons dans une vallée qui nous protège du soleil. Notre logement se trouve un peu plus loin que le centre du village, sur un petit Îlet.

Nous passerons la nuit là bas
La découverte de cette partie de Mafate a été une très bonne expérience. Les 2 gîtes étaient vraiment biens et le staff est très sympa. C'est notamment cet aspect plus conviviale qui nous fait préférer cette partir de Mafate à l'autre plus touristique et où nous avions été moins bien accueillis.

Dernier levé de soleil avant le retour

samedi 7 mai 2016

L'ascension de la Roche Écrite

Il y a quelques semaines, la famille est venue nous rendre visite. Nous en avons profité pour découvrir quelques endroits où nous n'étions pas encore allés. Nous avons commencé par une randonnée sur 2 jours : le sentier de la Roche Écrite dans les hauts de Saint-Denis.

Vue depuis la Roche Écrite
La randonnée commence au camp Mamode. Un peu avant de partir, nous avons fait un tour à la cascade Maniquet à quelques minutes de là. Au programme : pique nique et baignade afin de prendre des forces avant de marcher !

Cascade Maniquet
Nous sommes à un peu plus de 1 000 mètres d'altitude et la fraîcheur de l'eau donne un bon coup de fouet ! Hop, c'est parti pour la rando. Pour accéder jusqu'au gîte de La Roche Écrite, nous grimpons dans la forêt qui nous protège agréablement du soleil.

Début de la rando
Au total, le dénivelé positif pour cette rando est de 1 150 mètres. Elle n'est pas spécialement dure mais nous montons tout le temps... Nous arriverons en fin d'après midi au gîte, dans les nuages.

Sous la brume
Nous avons choisi de passer la nuit au gîte afin de partir très tôt au sommet pour assister au lever du soleil. Contrairement à ce qu'on nous avait dit sur ce gîte (mauvais accueil, propreté, etc.), nous sommes agréablement surpris. Il a été rénové il y a peu et le staff est très sympa. Il faut juste prendre la peine de discuter avec eux et nous apprenons plein de choses intéressantes. Seul bémol : l'absence d'eau chaude (un problème récurrent dans les gîtes de rando...).

La nuit en dortoir
Le matin, nous partons donc à 4h avec les lampes frontales. Le chemin est par moment mal indiqué mais nous retombons sur nos pattes. Une fois en haut, le spectacle en vaut la chandelle : nous avons une vue dégagée sur le cirque de Salazie avec le Piton des Neiges et sur le cirque de Mafate.

Nous arrivons au lever du soleil
Salazie et le Piton des Neiges
Il ne nous reste plus qu'à redescendre jusqu'à Saint-Denis...


dimanche 1 mai 2016

Reprise du Blog - des projets plein la tête !

Bonjour à tous !

Nous avions un peu délaissé 4 Pieds en Afrique. Cela fait maintenant 2 ans que nous sommes installés à La Réunion (déjà !), et nous commençons à avoir à nouveau des envies de voyages.

Le soleil se lève sur l'île de La Réunion

Ces 2 dernières années, nous avons consacré la plupart de notre temps à lancer notre tour opérateur Échappée Australe. C'est un concept novateur dans le domaine du voyage, mais je ne vais pas m'éterniser là dessus. Si vous voulez en savoir plus, cliquez ici. Nous avons ouvert début 2015 et sommes pleinement opérationnel depuis fin 2015.

Bref, heureusement nous avons quand même du temps libre pour sortir, découvrir l'île (un must pour les amoureux de la nature et des randos) et nous sociabiliser. Du coup, nous allons repartir quelques mois en Afrique du Sud, au Lesotho et sans doute ailleurs de mi-juin à fin août. Nous avons prévu des séjours dans des lieux méconnus. D'ici là, nous allons faire une publi par semaine (le dimanche normalement), pour vous présenter différents endroits de la Réunion. Lors de notre prochain voyage, nous ferons des publis plus régulièrement (selon disponibilité de la connexion internet...)

Après ces 2 années ici, nous vous livrons rapidement nos impressions :
  • Côté plage : plages de sables blanc, plages de sable noir, lagon... Il y a de quoi faire. Notre préférence va au lagon de l'Ermitage. L'eau est bonne et il est agréable de s'y baigner et d'y faire du snorkeling (masque et tuba). Hélas, les dégâts causés par l'homme sur le corail sont bien visibles :'(
  • Côté nature : incroyable ! Il y a des possibilités de randos partout sur l'île. Attention : c'est assez physique ! Le dénivelé peut vous essouffler rapidement et les reliefs n'ont rien à voir avec ce que l'on a en métropole. Il vaut mieux chausser des chaussures de trail (ou à défaut des baskets) plutôt que des chaussures de rando. Nous avons fait l'erreur lors de notre 1e rando et nous avons souffert ! Découvrez le site internet Randopitons qui répertorie de nombreux sentiers.
  • Côté population locale : globalement les gens sont sympas et plus chaleureux qu'en métropole. Un exemple qui m'a marqué est la 1e fois où je suis allé dans un super marché de l'île. je tombe sur un légume que je n'avais jamais vu et je demande à une dame ce que c'est : elle m'a expliqué pendant 20 minutes les différentes recettes pour le cuisiner... Autre exemple : nous avons discuter avec une Créole lors d'une randonnée. En 5 minutes, nous étions invités à un pique-nique à la plage. Le week end, les réunionnais se regroupent en famille (plusieurs dizaines de personnes) à la plage ou ailleurs pour pique-niquer. Le pique-nique créole, c'est de véritables plats (riz, rougail, carry, etc.).
  • Points négatifs : tout d'abord, ce qui nous choque, c'est le manque de considération envers les animaux. Les chiens qui ne sont pas abandonnés ont souvent des collier à ultrason qui s'activent à chaque aboiement, ils dorment dehors, ils sont parfois seuls dans le jardin pendant plusieurs jours... Il y a aussi la guerre contre les requins (qui n'ont rien demandé à personne) qui est alimentée par les médias. Encore une fois, le problème provient plutôt du comportement des hommes et de la population que du requin mais l'abattage médiatique est là pour détourner les yeux de ces problèmes. Un autre problème est la vie qui est chère et un accès restreint à certains services. Il faut vivre ici pour s'en rendre compte. Le secteur internet-téléphone est une vraie catastrophe en terme de tarifs et de prestations par exemple.
A bientôt !